Portrait de clan

Publié le par AulnayLeaks

philippe palomo

 

Le premier portrait que nous vous proposons est celui d’un élément essentiel du dispositif du maire, Gérard Segura : Philippe Palomo.


Cet aulnaysien d'une petite quarantaine qui habite officieusement à Aulnay, mais longtemps officiellement Villepinte est aujourd’hui le directeur général des services municipaux. Il est donc sous l’autorité du maire le plus haut fonctionnaire de la ville. Derrière ce rôle se cache une tâche beaucoup plus politique que celle de simple gestionnaire de l’organisation municipale.


En effet, normalement, ce poste est occupé par un fonctionnaire de grande expérience, qui connaît sur le bout des doigts le droit administratif, qui sait manager des cadres, qui sait se faire apprécier de tous les employés municipaux. Pourtant l’expérience de ce dernier dans ces matières est quasi nulle, son parcours étant exclusivement politique.


On le retrouve à Clichy la Garenne comme directeur de la sécurité de 2003 à 2006 puis comme directeur adjoint de cabinet jusqu'en 2008. Il sera aussi délégué national chargé des politiques locales de sécurité dans un organigramme du parti socialiste. Plutôt tendance Strauss-Khan au sein du parti, il va chercher à se faire élire. C’est à Villepinte, la ville voisine, qu’il tentera sa chance sur la liste d’union de la gauche de Nelly Roland en 2008. Il deviendra alors maire-adjoint et prendra en charge la délégation au personnel communal. Déjà, on sent que la maîtrise du personnel est l’une de ses marottes.


Dans le même temps, avec l’élection de Gérard Segura à la mairie d’Aulnay, il devient le directeur de cabinet de ce dernier. Son rôle est alors d’organiser l’agenda, la communication du maire et la relation avec les élus de sa majorité. Il va pendant plusieurs années occuper cette double casquette : maire-adjoint à Villepinte et directeur de cabinet du maire à Aulnay. Un vrai cumulard. On s’interroge toujours sur son élection à Villepinte alors qu’il n’est pas Villepintois ! Normalement le code électoral exige des élus qu’ils habitent la commune et soient inscrits sur les listes électorales de celle-ci. Comment se fait-il alors qu’habitant Aulnay, il soit inscrit sur les listes électorales villepintoises ? On voit ici, comme on le verra souvent dans l’équipe Segura, que la morale est une donnée dont on n’est prié de ne pas s’encombrer !


Hormis ce fait, on se pose aussi la question d’un tel cumul des fonctions et de l’argent public qui va avec bien sûr : un salaire de directeur de cabinet de plus de 7000€ en 2008 et une indemnité de fonction d'environ 1000€ cette même année. Si ça vous tente, il suffit de s’adresser à Gérard Segura. Pouvait-il bien faire son travail d’élu et celui de directeur de cabinet ? Sûrement pas .


De plus, loin d’améliorer les relations entre les deux communes, Aulnay et Villepinte, la collaboration sur la question économique a été réduite à sa plus simple expression, celle qui précède la mort cérébrale que Villepinte vient d'annoncer en quittant la MEIFE. Dans tous les autres domaines, aucune collaboration n’a été établie alors même que ces deux communes faisaient partie de la même intercommunalité, le SEAPFA. Bref c’est dire si Philippe Palomo a été utile dans ce domaine !


Depuis l'été dernier, sa situation a légèrement changé. Il a démissionné de sa place de maire-adjoint de Villepinte . La raison était simple, il était devenu dans le même temps le nouveau directeur général des services de la Ville d’Aulnay. Comme quoi pour des raisons bassement politiques, ces deux communes savent coopérer …


Le plus intéressant sont les raisons de sa démission du conseil municipal de Villepinte, relayées par un article du Parisien du 1er juin 2011. « Avis de l'adjoint négligé, déplacements autoritaires des agents, refus de promotion d'agents politiquement identifiés » furent les raisons avancées. Il est amusant de remarquer que le personnel communal aulnaysien se plaint exactement des mêmes brimades. Quelle ironie de voir cet homme appliqué ici ce qu'il regrettait ailleurs !


Rien dans son parcours ne le prédestinait à ce poste de grande influence et de garantie d’une certaine neutralité du service public. Ici il s’agit clairement d’imposer un homme politique, fidèle du maire, à la tête des employés municipaux pour faire des services publics municipaux des instruments purement politiques.


Nous verrons prochainement comment ce dernier sait aussi placer ses proches.

Publié dans Le club des fans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article