L'édito du 8 février

Publié le par AulnayLeaks

 Il n'aura fallu que 2 jours au maire pour essayer de nous mettre au pas en publiant un communiqué de presse prétendant qu'il nous attaquait en justice. On ne s'attendait pas à mieux et c'est pour cela qu'  « ici et pour toujours » l'anonymat sera la règle. Les dictatures tombent partout dans le monde, alors on prend le risque !

 

Sur la forme, puisqu'il n'est pas mis en cause dans notre publication, il ne pourra pas porté plainte sauf à forcer la justice, mais cela ne mènera nul part.

 

Sur le fond, la liste publiée est vraie, il n'y a donc pas de calomnies ,ni de diffamation. Ensuite l'embauche de toutes ces personnes s'est faite avec de l'argent public, cela n'est donc couvert par aucun secret. Enfin leur fiche de paie n'a pas été publiée, il n'y a donc aucune atteinte à leur vie privée.

 

On peut d'ailleurs se demander ce qui dérange ? Le fait de dévoiler qui a été embauché à des fins politiques ou le fait qu'ils aient été embauchés ?

 

À l'évidence le maire veut que personne ne puisse lui demander des comptes.

 

À l'inverse si toutes ces personnes sont d'une immense utilité, utilité qui se serait révélée dès les premiers jours du mandat du maire, le maire ne devrait-il pas plutôt tenter de justifier leur embauche ? Non, il ne veut pas qu'on en parle.

 

Rassurez-vous ces intimidations de bac à sable ne vont pas nous dissuader de publier ce qu'on vous cache, bien au contraire. Plus nous serons attaqués et plus nous insisterons !

 

Cette semaine, riche d'ailleurs en déclarations alarmantes sur l'état de la ville, nous publions un mail interne aux services de la ville qui va vous en apprendre beaucoup sur la gestion municipale.

 

Et pour ceux qui doute de sa véracité, il suffit de demander confirmation à n'importe quel employé municipal puisque tous ceux qui avaient une messagerie l'ont reçu.

 

Merci en toux cas aux 2167 lecteurs qui se sont penchés la semaine dernière sur nos publications.

Publié dans L'édito

Commenter cet article