Dis-moi ce que tu dépenses, je te dirai qui tu es.

Publié le par AulnayLeaks

Le document que nous vous livrons contient 14 pages (p1, p2, p3, p4, p5, p6, p7, p8, p9, p10, p11, p12, p13, p14) mais la lecture en vaut la peine.

 

Les deux premières pages présentent un résumé des 64 premières dépenses de la ville classées de la plus forte augmentation à la plus forte baisse.

 

Les plus grosses augmentations sont liées à des études et des accompagnements par des cabinets extérieurs. Rien de plus classique que de faire appel à des aides extérieures mais le total passe tout de même de 280 000 € à plus de 462 000 € ce qui est beaucoup.

C'est surtout beaucoup pour un maire qui vante la qualité de ses adjoints, de ses nouvelles recrues (nous en publierons d'autres...) et de son cabinet. On se demande donc pourquoi avec une telle armée (mexicaine?), il a tant besoin de faire appel à des qualités extérieures.

 

On voit aussi que notre participation au coût des transports collectifs augmente de plus d'un tiers. Là encore c'est très étonnant. En effet, le maire et son adjoint Defait avait vanté une réorganisation complète des bus de la ville qui apporterait à la fois plus de service mais qui permettrait de faire aussi des économies. On en est loin.

 

On voit aussi que les intérêts d'emprunts grimpent d'un coup de 27,9%. Comme l'indique le commentaire des finances : « hausse dûe à la dette nouvelle ». Cette hausse de près de 480 000 € est à retenir. En effet, quand le maire annonce fièrement dans le journal municipal qu'il fait des économies dans tel et tel domaine, il faut garder à l'esprit que ce n'est pas par volonté politique mais par l'obligation de rembourser nos nouvelles dettes.

 

Les rubriques suivantes démontrent que les marges de manœuvre sont assez réduites mais quelques commentaires sont intéressants.

 

Ainsi sur la ligne « alimentation restauration municipale » dont le budget baisse de 2,9%, le commentaire ne laisse aucune ambiguïté sur la volonté municipale : « marge de manœuvre possible avec qualité moindre de ... ». La ligne n'est pas complète mais chacun aura compris que les enfants peuvent manger moins « bien ».

 

Sur la ligne « Meife et M2E initiative », on constate aussi une belle baisse de 4,4%. Quand on pense à la critique faite par le maire à l’État qui réduit sa participation à ce dispositif, on se dit qu'il n'est pas gonflé.

 

Sur les lignes « outillage, etc » et « atelier régie bâtiments », on voit aussi que l'entretien des véhicules comme des bâtiments se trouve de plus en plus rationné.

 

La ligne « séjour vacances jeunesse » fait également une belle chute de 5% alors que la jeunesse est présentée comme une priorité. Il en est de même d'ailleurs sur la ligne « personnes âgées séjours et sorties » qui baisse carrément de 23,2%.

 

La ligne « vœux du maire » montre que les économies dans ce domaine ne sont pas celles annoncées.

 

Les 12 pages suivantes donnent le détails secteur par secteur de toutes ces dépenses.

 

Relevons seulement quelques perles :

  • la sécurité et la prévention voient leur budgets baisser de 3,1 et 3,8%. Bienvenue dans le monde des bisounours !

 

  • Le développement durable qui baisse sauf en études.

 

  • La communication qui progresse encore un peu.

 

  • Les associations moins aidées malgré ce que l'on veut faire croire.

 

  • La coopération décentralisée qui coûte toujours plus. Voyage, voyages !

 

  • La baisse importante sur l'entretien de la voirie et tout le matériel afférant.

 

  • Le vrai coût de la location des bâtiments de l'école du Bourg déménagés.

 

  • Le coût d'aulnay-plage.

 

  • La baisse de l'aide aux Femmes-relais, à Ricochet et à Saddaka. Le social a donc le vent en poupe !

 

  • La baisse des dépenses de santé.

 

  • La baisse globale conséquente de l'animation 3ème âge.

 

  • Quelques baisses incongrues dans le budget des affaires scolaires et périscolaires comme dans les actions éducatives du second degré ou de la petite enfance.

 

  • L'augmentation encore forte de l'enveloppe salariale.

 

  • La baisse du budget de la médecine du travail.

 

Vu sous l'angle concret des lignes budgétaires voulues, on décode mieux la volonté municipale. Le budget, présenté sous sa forme institutionnelle ne permet pas cette lecture d'où l'importance de ce document budgétaire.

Publié dans L'info

Commenter cet article